Chevalière dans l'Ordre des Palmes Académiques

Qui suis-je ?

Auteure primée, promotrice de la paix et chercheuse, professeure de sciences politiques dans la faculté Barnard College de l’Université de Columbia (États-Unis), je suis l’auteure de The Trouble with the CongoPeaceland, et The Frontlines of Peace. J’écris également des articles pour des publications comme Foreign AffairsInternational Organization, et The New York Times.

Intimement impliquée dans le monde de l’aide internationale depuis plus de vingt ans, j’ai mené des recherches dans douze zones de conflit différentes, de la Colombie à la Somalie en passant par Israël et les territoires palestiniens. J’ai travaillé pour Médecins Sans Frontières dans des pays comme l’Afghanistan et le Congo, et au siège des Nations Unies aux États-Unis. Les stratégies d’intervention de plusieurs départements des Nations Unies, de ministères des Affaires étrangères, d’organisations non gouvernementales, ainsi que de nombreux philanthropes et militants se sont appuyées sur mes recherches. Je suis également intervenue au Sommet mondial des prix Nobel de la paix, à la Chambre des représentants des États-Unis et au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Pour en savoir plus, continuez à lire cette page, ou suivez-moi sur Twitter à l’adresse suivante: @SeverineAR.

Biographie détaillée

Je suis professeure de sciences politiques, spécialisée dans les relations internationales et les études africaines, dans la faculté Barnard de l’Université de Columbia (États-Unis). Mes travaux portent sur les guerres civiles, la consolidation de la paix, le maintien de la paix, l’aide humanitaire et la politique africaine.

Mon dernier livre, The Frontlines of Peace: An Insider’s Guide to Changing the World, vient de paraître aux éditions Oxford University Press. S’appuyant sur un travail de terrain dans douze zones de conflit différentes, dont la Colombie, la République Démocratique du Congo et le Somaliland, cet ouvrage examine ce qui fonctionne dans la consolidation de la paix après des violences collectives. Mon article dans International Peacekeeping développe certaines de mes premières idées pour ce projet. Mon article dans International Studies Review, mes éditoriaux dans The Washington Post (ici et ici et ici), et mes articles dans Foreign Affairs  (ici et ici et ici) présentent mes conclusions préliminaires. Les recherches menées dans le cadre de ce projet ont été financées par la Carnegie Corporation, la Gerda Henkel Foundation et la Folke Bernadotte Academy.

Mes recherches précédentes ont porté sur les éléments quotidiens qui influencent les interventions de consolidation de la paix sur place. Elles comprenaient un travail de terrain approfondi dans l’est du Congo et une recherche comparative plus brève au Burundi, à Chypre, en Israël et dans les territoires palestiniens, au Sud-Soudan et au Timor Oriental. Le livre basé sur cette recherche, Peaceland: Conflict Resolution and the Everyday Politics of International Intervention, est paru aux éditions Cambridge University Press en 2014. Il a remporté le prix du Meilleur livre de l’année 2016 et le prix Yale H. Ferguson 2015 de l’International Studies Association ainsi que des mentions honorifiques pour trois autres prix littéraires (le prix du livre de l’année 2015 de la Conflict Research Society, le prix Chadwick Alger 2015 de l’International Studies Association et le livre de l’année 2014 de African Argument). Les résultats de ce projet ont également été publiés dans Critique Internationale et African Affairs (ce dernier article a remporté le prix du Meilleur article 2012 de l’African Politics Conference Group).

Mon premier grand projet de recherche portait sur la violence locale et l’intervention internationale dans la partie orientale de la République démocratique du Congo, où je me rends régulièrement depuis 2001. Mon travail sur le terrain et mon analyse ont abouti à The Trouble with the Congo: Local Violence and the Failure of International Peacebuilding, paru aux éditions Cambridge University Press en 2010. Le livre a remporté le prix Grawemeyer 2012 pour les idées permettant d’améliorer l’ordre mondial et le prix Chadwick Alger 2011 décerné par l’International Studies Association au meilleur livre sur les organisations internationales et le multilatéralisme. Les recherches menées dans le cadre de ce projet ont également été publiées dans Foreign AffairsInternational Organization,  Review of African Political Economy, African Studies Review, African Security ReviewInternational Peacekeeping, Revista de Relaciones Internationaleset Journal of Humanitarian Affairs. 

En 2021, le gouvernement français m’a nommée Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques. La même année, les étudiant.e.s de Barnard m’ont décerné le prix Emily Gregory–le prix annuel de la faculté récompensant l’excellence en terme d’enseignement–et l’Association Américaine de Santé Publique m’a décerné le prix Victor Sidel and Barry Levy de la paix.

De nombreux autres prix et bourses ont récompensé mes recherches, notamment le prix Emerging Scholar Award de la section des études de sécurité internationale de l’International Studies Association (2021), le prix spécial du jury de la Fondation Croix-Rouge française (2017), deux bourses de recherche de l’Institut américain de la paix (2004-2005 et 2010-2012), deux bourses de recherche de la Fondation Harry Frank Guggenheim (2010 et 2011), un prix de recherche présidentiel de la faculté Barnard (2010), plusieurs bourses de l’Université de Columbia (2010 – 2021), deux bourses Mellon en sécurité et action humanitaire (2004-2006), le prix du meilleur article d’un étudiant doctorant de 2006 de l’African Studies Association et une bourse Fulbright (1999-2000). 

Plusieurs stratégies d’intervention se sont appuyées sur mes travaux, notamment celles de certains départements des Nations Unies, de ministères des Affaires étrangères et d’organisations non gouvernementales, et de nombreux philanthropes et militants. J’ai aussi été une intervenante au Sommet mondial des lauréats du prix Nobel de la paix, à la Chambre des représentants des États-Unis et au Conseil de sécurité des Nations Unies. Mon TED talk sur la résolution de la violence collective compte près de 800 000 vues et est sous-titré en 19 langues.

Avant de devenir universitaire, j’ai travaillé pour des agences humanitaires et de développement en Afghanistan, au Kosovo, en République Démocratique du Congo, au Nicaragua et en Inde. Je suis titulaire d’un post-doctorat de l’Université de Yale (2007), d’un doctorat en sciences politiques de l’Université de New York (2006), et de maîtrises en relations internationales et en sciences politiques de l’Université de Columbia (2000) et de Sciences Po (France, 1999).

Originaire de Paris, citoyenne franco-américaine, je réside actuellement à New York avec mon mari. Pour plus d’informations, veuillez consulter mon site web ou me suivre sur Twitter à @SeverineAR

Et pour vous faire sourire, je suis l’un des principaux personnages du livre de Timothy Pachirat Among Wolves: Ethnography and the Immersive Study of Power.